30 septembre 2020


Edito de l’évêque >
Deux manières de lire ce que nous allons vivre en ce mois d’octobre

Nous commençons ce mois d’octobre dans l’incertitude d’un nouveau confinement. Nous sommes tous dans l’attente d’une décision possible du préfet ou du ministre de la Santé qui déciderait sans appel de la fermeture de tel ou tel lieu de convivialité pourtant indispensable à tous. En même temps, nous le comprenons, il s’agit d’une exigence du bien commun pour éviter le développement incontrôlable de la Covid 19 dans l’automne qui arrive.

Pourtant, l’homme ne peut pas vivre constamment le visage caché derrière un masque. Nos anciens ne peuvent pas vivre en permanence reclus dans des EHPAD sans plus aucun contact avec les leurs - et quand il leur est possible de recevoir l’un des leurs, il faut conserver les distances barrières et leur surdité transforme la joie de se revoir en tristesse d’un échange devenu impossible. Enfin, nous le savons bien, nous pourrions voir l’État décider d’une nouvelle fermeture des lieux de culte mis au même rang que les bars ou les supermarchés, avec pour seule consolation de pouvoir accueillir vingt personnes dans nos églises pour conduire nos morts dans leur dernière demeure.

Dans le même temps, dans notre diocèse, le collège des consulteurs et le conseil presbytéral prennent connaissance du rapport du groupe de travail concernant les finances du diocèse et une nouvelle répartition des charges collectives. De nombreuses questions surgissent, des réactions plus ou moins brutales se font jour ; mais nous avons tous à raison garder et à regarder comment traverser en Église cette crise que de nombreux diocèses traversent de la même manière que nous en raison de la baisse des legs et de la diminution non négligeable des chrétiens dans l’ensemble de nos paroisses. Que faire ? Chercher des boucs émissaires ou ensemble, comme l’a fait le groupe de travail, proposer une solution qui devrait nous permettre de traverser cette crise ? La solution demandera du temps et des efforts pour tous et peut-être même un nouveau groupe de travail susceptible de faire un autre audit, celui du fonctionnement de l’archevêché pour, à l’arrivée du nouvel évêque, proposer une nouvelle organisation de la vie et du personnel de l’archevêché.

Moi-même, je sais que j’aurai 75 ans le 17 décembre prochain, que je dois présenter ma démission au saint Père, mais sans savoir quand le pape acceptera ma démission. J’espère que ce sera le plus vite possible, car dix-huit ans d’épiscopat me laissent fatigué et usé, avec un unique désir, celui de me consacrer à la prière et à la rumination de la Parole de Dieu, une manière de vivre mon noviciat du ciel avant d’entrer enfin dans la plénitude de la Vie.

J’écris tout cela, et en même temps, au fond de mon cœur, une grande joie m’envahit en ce mois d’octobre où nous fêtons de nombreux saints qui me sont chers. La petite Thérèse ouvre le bal dès le premier octobre et nous rappelle le chemin de la petite voie et celui de la plus belle des vocations : “Au cœur de l’Église ma mère, je serai l’Amour et je serai tout !” Le lendemain, nous fêtons les anges gardiens, l’occasion pour nous de tourner nos regards vers le ciel pour découvrir l’immense solidarité qui existe entre les anges et nous. Notre ange gardien est toujours auprès de nous pour nous aider à grandir dans l’intimité avec Dieu ; nous devrions souvent le prier à ses intentions à lui sur nous, car il sait ce qui est le meilleur pour nous. Le dimanche 4, nous fêterons saint François, le pauvre d’Assise que le Seigneur avait envoyé pour reconstruire son Église et nous montrer la richesse de la pauvreté qui nous ouvre le chemin du ciel. Le mardi 6, nous fêterons saint Bruno, le fondateur de la Chartreuse, lui nous rappelle que Dieu seul suffit à combler le cœur de l’homme dans le silence de la solitude. Dès le lendemain, nous célébrerons Notre-Dame-du-Rosaire, elle nous invitera à prendre notre chapelet et à relire avec elle l’Évangile à travers les mystères joyeux, les mystères lumineux, les mystères douloureux et les mystères glorieux. Chaque jour avec elle, nous devrions réciter le chapelet pour la laisser nous montrer le chemin du ciel. Le 11 octobre, nous rendrons grâce pour saint Jean XXIII, le pape qui, au lendemain de son élection, s’approcha d’une fenêtre, l’ouvrit et dit : “L’Église a besoin d’un peu d’air frais, elle a besoin de retrouver le souffle de l’Esprit Saint et de réapprendre à se laisser conduire par lui.” Le 15 octobre, sainte Thérèse d’Avila nous donne rendez-vous, elle, la mère des spirituels, pour nous introduire dans le château intérieur et nous montrer Celui qui nous attend pour nous unir à Lui. Le lendemain, la sainte de Paray-le-Monial, sainte Marguerite-Marie nous conduira à découvrir l’amour du cœur de Jésus, ce cœur qui a tant aimé le monde ! La place me manque pour continuer la liste de tous mes amis du ciel : saint Ignace, saint Luc l’évangéliste, les premiers martyrs canadiens, saint Jean de Brébeuf et ses compagnons. Enfin le 22, saint Jean-Paul II, lui qui m’a nommé archevêque d’Avignon sera là pour nous redire : “N’ayez pas peur !” Enfin les deux apôtres saints Simon et saint Jude clôtureront le bal le 28 au matin. Face à tous nos amis les saints, face à la présence de l’Esprit Saint et de la Vierge Marie, tout le reste retrouve sa vraie place.

Alors confiance et courage, le Seigneur est là et c’est lui qui nous montre le chemin par-delà la Covid 19 et tous les aléas de l’histoire ! Bon mois d’octobre à tous.

 + Jean-Pierre Cattenoz,
archevêque d’Avignon

Le livre du mois >
Les Gaulois réfractaires - Philippe de Villiers

Ce livre écrit d’un jet, aux accents d’apocalypse, fait le constat de l’échec de ce Monde Nouveau né d’un slogan écrit sur la façade de La Sorbonne en mai 68 « cours camarade, le vieux monde est derrière toi » qui s’est mis en place par étapes successives, dans la poursuite d’un rêve en mouvement, qu’on appelle progressisme, jusqu’à être incarné par un nouveau slogan « en marche »...

Oui, mais la COVID est arrivée, et le rêve s’est fracassé contre le mur du réel

Ce qui était considéré comme idées d’arrière-garde de l’Ancien Monde, l’enracinement, les frontières, la souveraineté nationale, la famille etc...s’est révélé finalement incontournable.

En effet, pendant le confinement, dont l’utilité par ailleurs a été très discutée, on a découvert la richesse de la famille. Mais on s’est aperçu aussi que la mondialisation avait fragilisé notre économie, nous rendant dépendants pour de nombreux produits vitaux, que la délocalisation avait entraîné la paupérisation de la classe moyenne - les manifestations des gilets jaunes en avaient été un signe avant coureur - et qu’enfin les frontières étaient indispensables pour notre protection...des migrations incontrôlées...comme des virus !

Ce fut aussi la profonde désillusion sur l’Europe : le « unis dans la diversité » s’est transformé soudain en « désunis dans le sauve qui peut » !

Le populisme tant décrié est ressorti alors de sa boite, car, comme le dit l’auteur, le populisme est le cri des peuples qui ne veulent pas mourir

En effet, les gaulois réfractaires demandent maintenant des comptes...

« Il va falloir se réinventer » a dit Emmanuel Macron le 13 avril dernier...Mais comment se réinventer si ce n’est en revenant à la source :

  • Ré-enraciner le politique qui soit au service des citoyens et non soumis aux intérêts de la finance internationale et des GAFAM.
  • Revenir à une économie réelle : économie productive de proximité.
  • Revenir au local pour retrouver le contrôle au plus proche des intérêts vitaux et favoriser les circuits courts.
  • Retrouver la souveraineté nationale, ne plus dépendre de Bruxelles et de tous les O (OMC, OMS, OTAN ...)

Il ne faudrait pas pour autant tomber dans un conservatisme primaire qui serait l’idéologie contraire au progressisme.

Car il ne s’agit pas de descendre vers ce qui n’est plus, mais de monter vers ce qui demeure

Cette crise sera peut être aussi l’occasion de sortir de ce biopouvoir rationnel et scientifique, illusion prométhéenne, qui nous fait croire que l’homme peut tout maîtriser ...la mort comme la vie.

Celle enfin de retrouver la vie de l’Esprit. En effet pendant ce confinement on nous a ordonné de survivre (« laisser-passer » pour le supermarché) mais on nous a interdit de vivre (fermeture des lieux de cultes et de culture)

Or, l’homme ne vit pas seulement de pain.

Pamphlet et réquisitoire sévère contre le gouvernement actuel, ce livre offre des solutions et donc des motifs d’espérer

C’est en définitive une déclaration d’amour à la France.

Claudine Duport

Zoom sur >
Journée paroissiale de la Création- 4 octobre

Pour les 5 ans de l’Encyclique Laudato Si du Pape François sur l’écologie intégrale, venez vivre une journée paroissiale sur le thème de la Création à Orange, lors de la fête de Saint François d’Assise.

Au cours de cette journée, nous serons tous attentifs au port du masque

10h00 - Ouverture des portes - accès par la porte de l’école - rue de la Nativité
10h30 - Messe dans la cour de l’école de la Nativité
(pas de messe à la cathédrale Notre-Dame à cette heure là)
12h00 - repas tiré du sac - une table par famille - possibilité d’acheter des boissons : jus de pomme et du vin produits à Orange
13h45 - Témoignage - Conférence de Mahaut et Johannes HERRMANN : l’écologie, quand science et foi convergent.
14h45 - Grand Jeu (Escape game) avec 10 différents ateliers :

  • Chacun selon son espèce
  • Un compost... avec ou sans jardin !
  • Seconde vie pour nos objets
  • Face à face avec le Seigneur
  • Guérir la terre pour nourrir les hommes ou nourrir la terre pour guérir les hommes ?
  • A bien y regarder !
  • Faites vos courses
  • Agir pour la biodiversité
  • Produits locaux et librairie

Des jeux sont prévus pour les enfants et seront animés par les Scouts et Guides de France.

Portrait >
Dhiancesar, du Brésil à Saint Gens

Dhiancesar Fernandes Oliveira est un jeune laïc consacré de 24 ans, appartenant à la communauté Palavra Viva, nouvelle communauté catholique du Brésil.

A être missionnaire ?

Né au Brésil, dans une famille «  très catholique  », Dhiancesar se sent très jeune appelé par Dieu à partir. A être missionnaire ? Il ne sait pas vraiment à quoi il est appelé à ce moment-là, mais sûrement « à une vie toute donnée à Dieu  » !

C’est à l’âge de 15 ans qu’il fait sa première rencontre avec le Seigneur lors d’une adoration eucharistique. Il entre ensuite dans un groupe de jeunes, approfondit sa foi, va rencontrer la communauté Palavra Viva, qu’il avait déjà vue en mission dans son village.
Il s’en suivra qu’après le bac, il entrera dans l’école d’évangélisation brésilienne : un an de formation, avec déjà une activité missionnaire, et un appel au discernement vocationnel. Il savait que là, Dieu confirmait l’appel qu’il avait reçu de Lui, plus jeune.

Après avoir passé un an en Espagne, le voici en France, et plus précisément à Saint-Gens, près de Saint-Didier

Là, dans ce cadre magnifique, Dhiancesar rejoint quatre autres laïcs consacrés et deux prêtres. Leur mission principale est l’accueil des personnes, afin dans un second temps de les évangéliser, c’est-à-dire de « les amener à Dieu en passant par Saint Gens  ».

Palavra Viva a une spiritualité fondée sur l’Eucharistie et sur la Vierge Marie...

 « C’est vraiment ça la source qui nous nourrit pour après la donner aux gens.  »
Ainsi, le Dimanche à partir de 15 h, sont rassemblés familles, jeunes et autres personnes, toutes bienvenues, pour l’Adoration eucharistique qui prépare et ouvre les cœurs ; s’en suivent le chapelet de la miséricorde ainsi que la Messe ; et pour clore cet après-midi de prière, de louange et de célébration joyeuse aux sons de musiques françaises et brésiliennes, un goûter est partagé afin de se connaître et d’échanger de manière sympathique, en toute fraternité.
L’autre mission des membres de la communauté est de s’occuper des jeunes, en leur proposant des rencontres mensuelles et des activités qui leur sont dédiées.

Dhiancesar est un homme heureux...

car : « Quand on répond à l’appel de Dieu, on est toujours heureux » 
Bientôt, un pas nouveau de cet appel va être fait : en effet, Dhiancesar va reprendre ses études à Notre-Dame de Vie pour devenir prêtre. « Et je demande vos prières pour ce pas vers la vocation sacerdotale ; depuis petit, j’y réfléchis et je crois que c’est l’heure de répondre à cet appel à la vie sacerdotale. »

Résumé d’un entretien avec Martine Racine pour l’émission « Pourquoi le taire » sur RCF Vaucluse, par Sylvie Testud

Et si on passait au vert ? >
Je veux voir Dieu !

La frénésie de cette période de rentrée, bientôt achevée avec le mois de septembre, nous a poussés à la course. C’est un petit condensé de décisions, abonnements, inscriptions, achats, nouvelles responsabilités, et nouveaux devoirs de classe ; chacun devant nous apporter une plus grande satisfaction que l’an passé (c’est moins flagrant pour les devoirs de classe). Ils concourent surtout à nous garder bien occupés. Qu’est-ce que je laisse au bord du chemin quand je ne cesse d’avancer tête baissée au quotidien ? Le chemin lui-même et ceux qui l’arpentent avec moi ? La présence de ce Souffle qui rafraîchit et qui repose ? Si je prends la peine, ou plutôt la joie, de lever les yeux, alors je verrai avec plus de netteté la Création qui m’entoure. Mes proches et ceux qui le sont moins, comme le grand paysage et le jardin devant chez moi. Ils sont les lieux où Dieu se donne à voir, les témoins du Créateur 1. Comme il est doux de voir se refléter l’amour de Dieu quand nous observons le monde ! La contemplation conduit à l’émerveillement, et l’émerveillement devant sa Création conduit au Créateur.

Saint François d’Assise aurait demandé à l’amandier : « Frère, parle-moi de Dieu ! », et l’amandier a fleuri.

« Levez les yeux et regardez »

La réalité de ce que je regarde pour y chercher Dieu nous demande parfois un ajustement de l’œil, car le grand paysage a pu être uniformisé à outrance, stérilisé ou pollué ; car ceux qui arpentent le chemin avec moi ne correspondent pas toujours à mes attentes. Il serait illusoire de nier l’empreinte de l’Homme sur la Création voulue par Dieu. Et ce serait manquer de Charité, passer en aveugle à côté de l’autre, que de ne pas ajuster notre œil à l’amour que Dieu porte à chacun de nous. Le regard de Jésus s’est posé avec amour sur les plus petits d’entre nous, sur les blés des champs, sur les oiseaux du ciel, et tous « sont maintenant remplis de sa présence lumineuse » 2. La contemplation de la Création dans sa diversité m’élève parce qu’elle me découvre Dieu dans son infinie Bonté et dans son magistral Humour ; et ce faisant, elle me relie à ce et à ceux qui m’entourent, enfants de Dieu et porteurs de sa Beauté.

Si je prends la joie de lever les yeux, alors je verrai Dieu.

1. Pour une écologie de l’espérance, Fabien Revol chez Les Altercathos, p.51-52

2. Laudato Sì, Pape François, VII-100

Enseignement catholique >
Eduquer en temps de COVID ?

Pour le Concile Vatican II, un droit inaliénable à l’éducation est fondé sur la dignité de la personne humaine. Elle constitue ainsi le socle de l’enseignement de l’Eglise catholique sur l’éducation : « Tous les hommes de n’importe quelle race, âge ou condition, possèdent, en tant qu’ils jouissent de la dignité de personne, un droit inaliénable à une éducation qui réponde à leur vocation propre […] en même temps qu’ouverte aux échanges fraternels  » (Gravissimum educationis 1). Sur ce fondement, Vatican II précise que « Le but que poursuit la véritable éducation est de former la personne humaine dans la perspective de sa fin la plus haute et du bien des groupes dont l’homme est membre  ». Les buts de l’éducation prennent donc la forme de « formation intégrale de la personne humaine » et de « contribution à la réalisation du bien commun ».

Ce temps de COVID pourrait nous faire réfléchir, si nous étions bien attentifs à notre voix intérieure, à ces deux dimensions, et en particulier, à celle du bien commun. C’est ainsi qu’émerge pour moi une évidence : le bien commun serait le phare capable de guider nos discernements, plus indispensable que jamais, dans la marée d’information (ou de désinformation), pas toujours cohérente, qui nous assaille de partout : à travers la TV, le web, sans oublier les communiqués officiels, et les officieux …

Au début des Actes des apôtres, nous les entendons proclamer devant les autorités légitimes qui leur enjoignaient de se taire : "Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes” Ac 5, 29. Pour eux, obéir à Dieu signifiait annoncer ce qu’ils avaient vu et entendu. Et qu’avaient-ils vu et entendu ? Le Ressuscité, et avec Lui, une image nouvelle de l’homme, qui rendait nouveau le dessein du Créateur, qui le purifiait en le rendant ainsi possible. Grâce à cette obéissance à Dieu, Dieu avait pu agir dans l’histoire, ressuscitant Jésus, et les chrétiens commencèrent à avoir une véritable influence dans la société. Les premiers chrétiens n’ont pas exercé une influence directe sur le pouvoir établi, sur le gouvernement de leur temps - qu’ils ont accepté -, mais plutôt par la prise de conscience d’une nouvelle image de l’homme, celle qu’ils avaient reconnue et accueillie dans le Ressuscité : une personne appelée à la communion avec Dieu et avec les hommes. 

Tout cela nous aide à réfléchir sur le bien commun comme phare lumineux en temps de COVID car il s’agit aussi pour nous aujourd’hui du regard, de celui qui est capable de reconnaitre chez autrui le visage du Ressuscité, l’homme nouveau. Le bien commun signifie de ce fait non seulement les biens qui aident les individus séparément à obtenir leur bonheur individuel, ou les biens qui aident de nombreux individus, isolés les uns des autres. Le bien commun est celui des biens aidant à la communion (communis - munio (fortifiant ce qui est commun)). Il s’agit des biens de la relation ou des biens relationnels. Parler du bien commun indique que notre communion en elle-même est un bien, que le fait d’être appelés à vivre ensemble est un bien en lui-même.

Si les premiers chrétiens ont pu vivre cette réalité, c’est parce qu’ils ont compris qu’ils partageaient un même bien : une même origine et une même fin. Tous se savaient appelés par le même Père, aimés de toute éternité par Lui, et appelés à la même résurrection, à la même vie éternelle. Ils ont ainsi vécu cet appel, pleinement conscients qu’ils n’attendraient pas ce but en plénitude ici-bas, car ils savaient que ce monde terrestre n’est qu’un chemin vers la véritable patrie, celle qui nous a été promise au-delà de la mort.

Si nous voulons vivre dans cette perspective du bien commun en ce temps d’épidémie, nous devons mesurer les défis qui nous sont posés. Le premier consiste à voir intervenir de manière continuelle l’Etat, ce qui peut être justifié par la situation d’urgence sociale. Concomitamment, l’Eglise nous rappelle sans cesse que nous ne devons pas négliger l’un des principes fondamentaux qui fonde le bien commun : la subsidiarité. Ce principe affirme que la société ne s’édifie pas d’en haut, à partir de l’Etat, mais à partir des personnes concrètes que nous sommes et de nos relations. Par le principe de subsidiarité, l’Etat doit être au service de ce que chaque personne et les différents groupes sociaux peuvent réaliser, à commencer par la cellule fondamentale de la société, à savoir, la famille.

C’est à partir de la phrase des apôtres où s’origine notre réflexion, que découle ce principe de subsidiarité. Affirmer qu’il « faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » signifie que Dieu est celui qui a inscrit dans le cœur de chaque personne sa dignité unique. Il faut reconnaitre cette dignité inaliénable pour pouvoir la servir, et cela constitue la première mission de l’Etat. Dieu est celui qui a appelé cette personne concrète, ce citoyen, cet écolier, ce jeune, ce parent, … à la communion avec Lui et avec les autres hommes. Cet appel de Dieu est le fondement de la valeur sacrée de chaque personne, et c’est lui qui rend possible par la suite l’exercice de la justice et des lois pour la promotion de cette dignité. Une dignité qui implique avant tout de pouvoir assumer ces responsabilités. La personne humaine, par sa dignité, a des droits, certes, mais son premier droit est de pouvoir assumer ses propres devoirs devant la vie d’autrui.

Cela s’applique à chaque nation en général, mais aussi à nos institutions, écoles, églises particulières, associations, communautés et toute réalité sociale. Nous devons fuir la tentation de l’assistanat, du tout pouvoir qui arrive d’en-haut et donner enfin place à la subsidiarité, qui n’est pas abandon des obligations par l’autorité compétente, mais service et respect de l’œuvre que celui qui est plus petit que nous est capable de réaliser. Ce qui d’ailleurs le rend heureux.

Sur la scène éducative, un regard comme celui que je viens de décrire, doit être posé sur chacun des enfants et des jeunes qui nous sont confiés. Il s’agit d’une vision unitaire sur la personne. Ce regard unitaire et global doit tenir compte de l’avis des sciences : psychologie, sociologie, médecine, économie, …, certes, mais les décisions sur le bien commun ne peuvent pas être déterminées seulement par des critères techniques ou purement scientifiques. N’est-ce pas cela le célèbre et trop souvent malmené « caractère propre » de l’Enseignement Catholique ? Cela déterminerait d’ailleurs, en ce temps de COVID, une manière d’agir qui apporterait de la clarté au moment de discerner le bon choix, dans le respect des prescriptions et dans la liberté pour chercher le bien de tous avec du bon sens.

« Obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes », loin d’être une révolte orgueilleuse, est la condition pour exercer une obéissance radicale et pour servir chaque personne dans sa dignité. Cette phrase des apôtres contient une lumière pour nous aujourd’hui. Ce n’est qu’à partir de Dieu qu’est possible un regard unitaire, global, non fragmenté, pour discerner le bien de l’homme et de la société. Ce n’est qu’à partir de Dieu que nous pouvons saisir que la santé et la vie physique ne peuvent nullement être considérées comme une valeur absolue. Si cela arrive, si la santé devenait une valeur absolue en elle-même, nous pourrions aller jusqu’à justifier l’esclavage. Nous finirions par obéir à n’importe quel homme pour préserver à tout prix notre vie ici-bas.

La foi dans le Créateur, grâce à qui nous vivons, nous dit que ce qui est juste, vrai, beau et bon, existe véritablement. Ce qui donne du sens à la vie (direction, élan et ordre) et qui permet donc d’avoir une vision globale, unitaire de l’homme et de la société. Les apôtres proclamant la primauté de Dieu en tous leurs discernements et leur agir, ont proclamé la possibilité d’un bien commun. Et par-là ils ont apporté une grande richesse à la société de leur temps.

Si nous reconnaissons que chacun des jeunes scolarisés dans nos écoles possède une dignité inaliénable, car ils sont aimés de Dieu depuis toujours et qu’ils sont appelés à une vie qui ne finit pas ici-bas, nous pourrons alors servir cette dignité. Tous, nous sommes appelés à vivre dans une relation vivante avec le Dieu Vivant, en communion avec ceux qui nous entourent, et que nous sommes appelés à servir. Nous sommes des êtres de droits dont le premier est de se mettre au service de la vocation des autres. Quand nous parlons d’éduquer, il s’agit bien de cela.

« Ne volez pas l’espérance aux jeunes ! Ne leur volez pas leur avenir ! » – nous dit le pape François comme pour nous réveiller. Profiterons-nous de ce temps peut-être troublant pour vivre de cette richesse ? C’est sans doute une occasion formidable pour le faire !

« Ô Capitaine ! Mon capitaine ! »
Notre effroyable voyage est terminé.
Le vaisseau a franchi tous les caps, la récompense recherchée est gagnée.
Le port est proche, j’entends les cloches, la foule qui exulte
 »
Walt Whitman, Leaves of Grass

Isabel Velasco, Adjointe Diocésaine en Pastorale

EC oct20

Il y a 100 ans dans le diocèse >
Autrefois dans le diocèse d’Avignon : la mémoire en images

Je me souviens que j’aimais, lorsque j’allais chez mes grands-parents dans ma jeunesse, à passer du temps à regarder avec eux les albums de famille, et c’était l’occasion d’évoquer tant de souvenirs et de personnes.

 Je constate volontiers que c’est la même chose lorsque je montre des photos de prêtres !

 A la faveur des mois de confinement, j’ai pu constituer un album (numérique) de plus de 600 portraits de prêtres du diocèse (XVIIIe-XXIe), grâce aux différentes sources à ma disposition.

Une mémoire qui s’efface vite

 Dans les fonds diocésains, il y a peu de photos ou portraits de prêtres vivants ! D’une certaine manière cela peut se comprendre, mais c’est aussi le signe que sur le moment, tant que la mémoire semble vive, on se préoccupe peu de garder et conserver ces souvenirs, même si on prend beaucoup de photos ! Il est donc nécessaire de chercher d’autres sources pour les documents et informations.

Portraits et galeries

 En bien des presbytères et sacristies, sont conservés des portraits de prêtres originaires du lieu ou de curés qui y ont œuvré. 

 On ne peut passer à côté du très imposant portrait du chanoine Jules Méritan, dans l’escalier du presbytère d’Orange, réalisé par le peintre Barthalot alors qu’il réalisajt celui des bienheureuses martyres d’Orange.

Chanoine Jules Méritan, 1868-1949, Orange
Curé de Villard, Châteauneuf-du-Pape, Sault, Saint-Ruf puis Orange

Au-delà de ces témoins occasionnels, au cours des années, des galeries de portraits de curés des paroisses ont été constituées, où le successeur prenait un soin attentif à ajouter le portrait de son prédécesseur, préparant ainsi le terrain à celui qui viendrait après lui.

Abbé David, Jean-Baptiste MALACHANE, 1810-1893 (Fonds Pertuis)
Curé de Lourmarin, Mazan, Sault puis Pertuis

Les archives des prêtres

 Trop souvent, les archives personnelles des prêtres se perdent, soit parce que le prêtre lui-même garde peu de choses, soit à la faveur du temps qui passe parce qu’il élimine beaucoup de documents, soit parce que les familles souhaitent conserver ces archives comme un souvenir. Toutefois, dans ce dernier cas, les souvenirs n’ont de valeur que pour ceux qui ont connu ce prêtre, et ces documents perdent rapidement tout intérêt pour la famille, qui les élimine.

Heureusement, il arrive aussi que les familles ou les amis de ces prêtres, soucieux de faire vivre leur mémoire, et continuer ainsi à rendre hommage à ce qu’ils ont été et ce qu’ils ont fait, confient les archives qu’ils possèdent, au service diocésain des Archives historiques.

C’est le cas, notamment, du fonds du chanoine Henri Georges (1890-1976) – en cours de classement – qui contient albums et photos. Ces photos conservées dans son fonds illustrent sa vie, aussi bien en famille, au séminaire, que pendant la Grande-Guerre. Félibre, il entretint de nombreuses amitiés avec des confrères qui aimaient et parlaient le provençal.

Abbé Joseph DENOVE, 1876-1948 (Fonds Henri George)
Après avoir été cure de Blauvac puis de Malemort, il a terminé sa vie comme aumônier du Carmel de Carpentras

Publications et périodiques

Nous avons l’habitude, aujourd’hui, de voir la photo de l’auteur sous la forme de vignette en quatrième de couverture, mais autrefois ce n’était pas systématiquement le cas. Toutefois, il n’est pas rare de retrouver la représentation d’un prêtre à l’occasion de l’une de ses publications, ou encore pour une publication le concernant.

Abbé Pierre-Siffrein BONNET, 1807-1900
Refondateur et supérieur de la Congrégation de Sainte-Garde, photo qui est dans sa biographie (collection privée)

Fonds paroissiaux

Les fonds paroissiaux conservent souvent des photos des événements qui ont marqué la vie de la communauté, ces mêmes photos que l’on trouve aussi dans les archives familiales : processions, pèlerinages, communions…


Abbé Raymond, Marie, André, Etienne BERNARD, 1903-1979 (fonds Robion)
Curé de Murs, Robion puis Bédarrides
Photo de communion solennelle à Robion

Monteux, pèlerinage de saint Gens : chanoine Laporte, abbé Lion, Mgr Avril, abbés Pin et Blaise

Abbé Jean-Marie PIN, 1930-2018 (fonds Z)
Curé du Sacré-Cœur, Pernes, Apt puis Robion

In memoriam

Même si l’usage est moins répandu aujourd’hui, à l’occasion du décès d’un proche, la famille fait réaliser une image « in memoriam » c’est-à-dire à la mémoire du défunt. C’est l’occasion de retrouver des photos de prêtres dont on a, par ailleurs, aucune trace, et de pouvoir les identifier aisément. Les images les plus anciennes comportent des photos qui, pour petites qu’elles soient, sont souvent de très bonne qualité.

Abbé Joseph Clément, Benoit BERNARD, 1808-1881 (fonds Z)
Curé de Vacqueyras, Sérignan, Cadenet puis Courthezon

Souvenirs de famille

 De nombreuses familles gardent le souvenir des prêtres qu’elles ont donné à l’Eglise, il n’est pas rare que l’on me fasse parvenir des photos sur papier ou numérisées. C’est ainsi que s’enrichit peu à peu la galerie de portraits des Archives diocésaines.

Abbé Joseph, Augustin, Georges CLARET, 1847-1919 (fonds Z)
Cure de Saint-Jean-de-Durfort, Verdolier, Lamotte-d’Aigues, des Baux, Lamotte-du-Rhône, Saint-Hippolyte, Roaix, Saint-Pantaléon

Un outil de mémoire et d’Identification

Plus qu’une collection, il s’agit d’un instrument de recherche qui permet d’identifier, souvent par recoupement, des photos ou portraits qui ne l’étaient pas.

Un confrère m’a transmis une photo d’un prêtre pour lequel la seule information que j’avais est qu’il fut curé de Ménerbes. A partir de la liste des curés, de l’ancienneté de la photo transmise, des photos des autres curés que j’avais en ma possession, j’ai pu l’identifier :

Abbé Auguste Etienne MARTIN, 1898-1920

La paroisse de Cucuron possède, dans la sacristie, le portrait d’un prêtre mais je n’étais pas parvenu à trouver quelqu’un qui ait eu la mémoire de son identité. Là encore, après une modeste investigation, je crois avoir pu l’identifier :

Chanoine Joseph Felix Pancrace CHABAUD, 1812-1889
Curé de la Tour-d’Aigues, Mornas, Sarrians, Mormoiron puis Cadenet

Appel à contribution

C’est l’occasion, avec cet article, de faire appel à chacun : prêtres, paroisses, amis, familles. Il y a sans doute dans vos albums, dans vos archives, dans vos cartons, des gravures, portraits ou photos de prêtres qui pourraient venir enrichir et compléter cet album du clergé d’Avignon.

Abbé Bruno Gerthoux

Archiviste diocésain

Nouvelle évangélisation >
Congrès Mission 2020

Le Congrès Mission, fin septembre, est chaque année l’occasion d’être renouvelé de l’appel à évangéliser, éclairés et « catalysés » par l’Esprit Saint.

Cette année, à un jour près, la manifestation n’aurait pu avoir lieu physiquement. Et nous étions 3600 sur place, masqués et éclatés en divers lieux pour respecter les consignes.

Et aussi, cette année, le souffle de la créativité a soufflé avec cette nouvelle proposition faite à tous ceux qui ne pouvaient se déplacer, de suivre, en direct et en ligne, tout le congrès ! Les grands moments que sont la soirée d’ouverture, la plénière d’envoi, les messes, conférences, ateliers…bref toutes les propositions !

Certaines paroisses de notre diocèse ont d’ailleurs profité de l’élan pour missionner en union avec Paris.

Lors de la messe de samedi, Mgr Aupetit nous a interpellés :
"Pour être missionnaire, il faut du dynamisme et de l’enthousiasme, et c’est le Christ qui nous les donne.
Jésus inscrit la joie au plus profond de notre cœur. Tout baptisé doit être missionnaire !"

Dans le carnet offert par la communauté de l’Emmanuel, nous trouvons 8 raisons pour évangéliser :

  • LE MONDE L’ATTEND
    Il attend Jésus sans le savoir car “seul Dieu peut combler le cœur de l’homme”. Les gens se rendent bien compte qu’ils sont faits pour plus. Nous ne sommes pas faits pour la survie, nous sommes faits pour la plénitude.
  • C’EST UNE NÉCESSITÉ
    La foi, si on ne la transmet pas, on la perd ! “Annoncer l’évangile n’est pas pour moi un titre de gloire, c’est une nécessité qui m’incombe. Malheur à moi si je n’annonce pas l’évangile” 1Co 9, 16
  • CELA REND JOYEUX
    Il y a une vraie joie à la rencontre de l’autre, joie de partager sa foi. Paul VI parle de la douce et réconfortante joie d’évangéliser”.
  • CELA FAIT GRANDIR LA FOI
    “La foi s’affermit si on la donne.” Saint Jean-Paul II, Redemptoris Missio.
  • C’EST SIMPLE
    Cela m’oblige à formuler la foi de l’Église avec des mots simples, à mettre des mots pas trop « cathologués ». Il s’agit d’expliquer très simplement en quoi nous croyons, de témoigner de l’action de Dieu dans nos vies, comment Il nous aide à mieux aimer le monde.
  • C’EST UNE VRAIE CHARITÉ
    La première des miséricordes est d’évangéliser.
  • UNE FAÇON DE RENDRE GRÂCE
    Pour l’amour personnel, inconditionnel, infini, miséricordieux qui nous a saisis, qui nous a libérés de nos peurs et est à nos côtés depuis toujours.
  • POUR SE LAISSER ÉVANGELISER
    Effectivement, en évangélisation, nous recevons beaucoup par la rencontre de magnifiques personnes non chrétiennes. Ainsi nous rendons grâce pour elles, pour la lumière de Vérité avec laquelle elles vivent. Comme Jésus, cette attitude du “donne-moi à boire » est capitale. Il s’agit aussi de nous laisser convertir par les personnes rencontrées.

On trouve également dans ce carnet, de manière très pratique, le comment et quelques accroches et questions.

Pour bien démarrer dans cet élan de mission, vous pouvez vous procurer ce livret auprès de la Communauté de l’Emmanuel, et retrouver tout le congrès sur le site du Congrès Mission.

Et dans les prochains Blocs-Notes, je vous donnerai chaque mois à lire une initiative missionnaire de paroisse pour vous inspirer.

Véronique MARGUET

Patrimoine >
Valbonne, incomparable Chartreuse

Passé Pont-Saint-Esprit, on s’enfonce dans le massif, la forêt s’épaissit, les lacets se resserrent, la pente s’accentue vers le fond du vallon aux chênes majestueux : une chapelle, un calvaire, premiers jalons de l’abbaye… une vigne dégage la vue sur des toits aux tuiles vernissées : c’est Valbonne et non la Bourgogne.

Le portail

Un somptueux portail forgé surmonté de la Croix plantée sur le Globe souligné de la devise des Chartreux : «  Stat Crux dum volvitur orbis » le Monde passe, la croix demeure… tout un programme tourné vers l’éternité et que protège un saint Michel à l’épée dégainée pour repousser le Malin. Passé un porche me rappelant l’Espagne, on franchit trois siècles : l’immense cour des frères convers dédiés aux activités agricoles. Un second portail mène à la chapelle des Étrangers, sorte de narthex gothique donnant accès à la superbe chapelle des Frères, elle-même séparée par un jubé du somptueux chœur des Pères où tout est merveille : les stalles, le plafond à la stéréotomie étonnante, le sanctuaire de marbre rose, l’autel-tombeau de marbre aussi, la cathèdre de marbre blanc aux accoudoirs ornés du lion et du taureau, le dossier encadré de l’ange et de l’aigle… les 4 évangélistes, base de ce monde. Et tout autour, s’ouvrent d’autres chapelles qui sont autant d’églises : chapelle de la Compassion, des Familles, des Reliques, la Salle du Chapitre qui, par un merveilleux petit escalier galbé débouche sur le petit cloître… Reste à voir bien des merveilles avant d’accéder au gigantesque cloître de 350 m bordé des petites maisons occupées jusqu’en 1901 par 22 chartreux, dépouillés et chassés par les guerres de Religion, puis par la Révolution, puis à nouveau en 1901. Promenez-vous en méditant dans le beau jardin entouré du cloître : poussez la grille du petit cimetière où dorment quelques témoins de l’ultime aventure de la Chartreuse. Le Pasteur Philadelphe Delord l’achète et y installe en 1929 une léproserie qui traitera jusqu’aux dernières années du XXe quelques 400 lépreux. Aujourd’hui, l’ensemble est encore debout et semble en bon état, mais l’immense toiture du grand cloître réclame poutres et tuiles neuves… Allez-y, l’endroit n’est pas envahi, prenez votre temps et vous vivrez une autre époque dans cette merveilleuse mécanique à remonter le temps où un monde de frères convers travaillait au domaine agricole pour permettre à un monde de trente chartreux de vivre, en ermites groupés, une vie de prière et de jeune… Un temps que la plupart d’entre nous ne plus peuvent comprendre : c’est à cette confrontation que nous sommes convoqués à la Valbonne.

François-Marie Legœuil